ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Oncologie

1292-3818
La revue francophone de formation en oncologie
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2004 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 8/10 - 2006  - pp.889-894  - doi:10.1007/s10269-006-0534-8
TITRE
Toxicité cutanée des anti-EGF-R

TITLE
Skin toxicity of anti-EGFR therapy

RÉSUMÉ

Les inhibiteurs de l’EGF-R (Epidermal Growth Factor Receptor) ont ouvert de nouvelles perspectives en oncologie dans le traitement de nombreux cancers solides à des stades avancés ou échappant aux autres chimiothérapies. Ces thérapeutiques ciblées donnent peu d’effets secondaires généraux, leurs principales toxicités écutanées. L’éruption acnéiforme papulopustuleuse, prurigineuse, constitue la réaction cutanée la plus fréquente, touchant principalement les régions séborrhéiques. Son intensité est variable: légère à modérée (grade 1-2) ou sévère (grade 3-4) et dose dépendante. Certaines études ont montré l’existence d’une corrélation entre la présence, l’intensité de la réaction cutanée et la survie. Le traitement de cette éruption dépend de sa sévérité ou du gène esthétique. Dans un tiers des cas apparaît une xerose et une desquamation cutanée pouvant évoluer vers un eczéma sec et craquelé ou se compliquer de fissures hyperalgiques. Les paronychies touchant principalement le pouce et le gros orteil sont un effet toxique classique (10 à 15 %). Elles sont réversibles à l’arrêt du traitement. Sur le follicule pileux, les anti-EGF-R ont un effet paradoxal: ils sont responsables d’une raré faction et d’une chute des cheveux contrastant avec une hypertrichose du visage et une trichomégalie des cils et des sourcils. D’autres effets cutanés ont été rapportés: une hyperpigmentation, des télangiectasies, une urticaire, des aphtes, un érythème nécrolytique migrateur, une maladie de Grover. Tous ces effets toxiques ne menacent pas le pronostic vital mais peuvent être affichants. Afin d’améliorer la qualité de vie du patient et sa compliance thérapeutique, il est indispensable de lui proposer les traitements symptomatiques adaptés.



ABSTRACT

Drugs which inhibit the epidermal growth factor receptor (EGF-R) are increasingly being used in treatment of solid tumors. This new targeted therapies have low systemic toxicity but they lead to the development of cutaneous side effects. The most common cutaneous adverse effect is a papulopustular follicular eruption in seborrheic areas. The severity of skin rash is graded: moderate eruption (grade 1-2) or extended and severe reaction (grade 3-4). This cutaneous side effect is dose dependent. Studies showed that the presence and intensity of acne-like rash predicts increased survival. The second most frequent toxicity symptom is xerosis with scaly, dry itchy skin. Nail changes such as paronychia (thumb end big toe) are classical side effects (10-15% with painful fissures in hands and feet, reversible on the end of treatment. EGF-R’s hair changes are paradoxal: slowing of scalp hair growth and facial hypertrichosisis whith elongation and trichomegaly of eyelashes. Less frequent secondary side effects were observed in the literature: telangiectasias, urticaria, aphtae, necrolytic migratory erythema, post inflammatory pigmentation and Grover’s disease. Correct identification and treatment of EGFRinduced rash helps to improve patient’s quality of life, thereby promoting compliance with treatment.



AUTEUR(S)
S. KTIOUET-ABASSI, S. DALLE, L. THOMAS, J.-Y. BLAY, J. FAYETTE

MOTS-CLÉS
Anti-EGF-R, Rash cutané, Paronychie, Trichomégalie, Folliculite

KEYWORDS
Epidermal growth factor antagonists, Rash, Paronychia, Trichomegaly, Folliculite

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (146 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier